Gamme

LE BOUDIN EST ENFIN DE RETOUR… FIN, ORIGINAL ET DE GRANDE GASTRONOMIE !

GRÂCE À UN ARTISANT PASSIONNÉ, SPECIALISÉ QU'ON APPELLE " LE ROI DU BOUDIN "

Cette charcuterie oubliée et industrialisée, renait pour devenir un plat trois étoiles, de haute gastronomie et redevient un aliment essentiel à la santé.
On avait presque oublié qu’on l’aimait autant.


BOUDIN NOIR

SON ORIGINE

Le boudin noir est l'une des plus anciennes charcuteries connues.
Il aurait été inventé durant l'Antiquité par un cuisinier grec nommé « Aphtonite », il y aurait des références antiques à ce type de plat, par exemple dans l’Odyssée d'Homère. Le « De re coquinaria » d’Apicius du IVe siècle est le premier à transmettre sa recette. Au Moyen Âge, le boudin noir était dégusté dans les tavernes.
L'origine du mot est obscure, elle pourrait venir de bedaine, de l'ancien français boudine, signifiant « gros ventre » ou bien alors du radical bod‐ qui indique quelque chose d'enflé.

IL A TOUJOURS EXISTE

L'origine du boudin étant ancestrale, il existe de nombreuses méthodes de préparation. Le principe est de mélanger du sang avec divers ingrédients pouvant constituer une farce, d'en remplir des boyaux avec un entonnoir, et de faire cuire ces boudins dans de l'eau bouillante.

LE PLUS NUTRITIONNEL

Le boudin noir est l'aliment le plus riche en fer hématique (19mg de fer pour 100g de boudin noir) et constitue un aliment clé : 100g de boudin noir couvrent les besoins journaliers en fer. Non seulement, le boudin noir est plus riche en fer que les légumes secs ou les épinards mais il est de surcroît nettement mieux assimilé par l'organisme. Le rôle du fer dans l'organisme est fondamental.
Impliqué dans les mécanismes vitaux de la respiration, il nous est indispensable.
Tout naturellement, il est donc particulièrement indiqué aux femmes, qui sont souvent carencées en fer, aux enfants et aux femmes enceintes. Une portion de boudin noir couvrira également les besoins hebdomadaires en fer de toute personne se livrant à des activités sportives et cela bien mieux que des comprimés de fer engendrant souvent des effets secondaires mal tolérés.
Mieux vaut donc se régaler de petits plats à base de boudin noir que de prendre des médicaments.

NOS ENGAGEMENTS QUALITE

J’ai remanié la recette pour lui apporter des ingrédients de qualité et en retirer les ingrédients néfastes à son goût. J’utilise uniquement de la viande de porc de grande qualité, du sang frais et des ingrédients frais tel que du lait, de la crème, et autres condiments. Cela lui apporte un goût et une finesse inimitable, sans gras ajouté et est très agréable à manger froid comme chaud. Passionné pour la cuisine du monde, j’élabore sans cesse de nouveaux goûts, de nouvelles textures et ai créé une gamme de dix‐neuf variétés de boudin noir.

 

BOUDIN BLANC

POUR LA PETITE HISTOIRE

Au Moyen‐Age, il était de tradition de commencer le réveillon de Noël par de la bouillie de lait servie chaude, l'ancêtre du boudin blanc.
Contrairement au boudin noir, la véritable recette de boudin blanc, est plus récente, puisqu'elle date seulement du XVII ème siècle.
Dans son ouvrage "La maîtresse de maison", la Baronne de Staffe (1892), indique que par la suite, pour simplifier le service, un cuisinier eut l'idée de présenter cette bouillie sous boyau, en apportant naturellement les aménagements à la recette traditionnelle de la bouillie. Le boudin blanc moderne était né !

LA TRADITION

Le boudin blanc havrais, actuel, reste assez proche de la "bouillie de lait" de nos ancêtres. La tradition, en ce qui le concerne, veut qu'il ait été inventé par des moines, pour leurs permettre de manger, le vendredi, un produit ayant la forme d'une saucisse mais ne contenant pas de viande. Une ingénieuse

NOS ENGAGEMENTS QUALITE

J’ai ajouté à ma recette de boudin blanc une viande de première qualité car, comme disait mon maître en charcuterie, « l’on ne peut pas faire du bon avec du mauvais ». Je veux utiliser uniquement de la viande de porc afin de maintenir la tradition et des ingrédients frais tel que du lait, de la crème, et du pain. Ma ligne de conduite est de retirer les ingrédients inutiles et utiliser uniquement des ingrédients frais et de première qualité surtout sans gras ajouté, ni farine. Amateur de saveurs, je façonne de nouveaux goûts, de nouvelles textures et j’ai déjà créé une gamme de cinquante variétés de boudin blanc qui ont tous une subtilité particulière.